Le grand retour de Manu Katché

Manu Katché est de retour en 2019 avec l’album The Scope qui marque un net virage dans la carrière du musicien. Fini le jazz et les cuivres : le batteur compositeur Manu Katché passe à l’électro-soul avec ce disque attendu pour le 01 février 2019.

Ayant joué avec le gotha de la chanson française, du rock, et du jazz, Manu Katché a acquis une renommée internationale après avoir accompagné le chanteur britannique Peter Gabriel pour son Album “So” en 1986 et a multiplié les collaborations avec les grand noms de la pop mondiale avant de se lancer dans le jazz en tant que compositeur et interprète.

Avec The Scope, Manu Katché fait la synthèse de ses influences pop et soul, et témoigne d’un plaisir palpable de jouer à chaque titre de l’album. Aujourd’hui, Manu Katché lève enfin le voile sur The Scope, un projet orienté pop, électro et soul formé avec Jérôme Regard (basse) et Patrick Manouguian (guitare) : « J’ai fait beaucoup de jazz ces dernières années, j’y ai pris beaucoup de plaisir mais j’avais envie de changer radicalement. Prenant de l’âge, j’ai juste envie de m’amuser un peu » a-t-il expliqué récemment. Un concert au Café de la Danse est annoncé à Paris le 01/02/19, qui sera la Release Party de l’album The Scope.

Voici un extrait de The Scope :

Avec The Scope, le batteur compositeur Manu Katché s’éloigne quelque peu du jazz et passe à l’électro-soul. Cet album annoncé pour le 01 février 2019 marque une envie de changer radicalement de style et de revenir vers une musique plus dansante et mélodique. Toutes ses influences soul et pop sont mélangées dans ce nouveau projet lancé en début d’année 2019 avec une Release Party au Café de la Danse à Paris le 01 février 2019 pour laquelle on peut déjà réserver sa place en ligne.

Une avant-première parisienne en quelque sorte qui s’annonce mémorable où l’on retrouvera Manu Katché à la batterie, Jérôme Regard à la basse et Patrick Manouguian à la guitare.

En Anglais, The Scope signifie ensemble portée, champ, étendue, cadre, périmètre, dimension et, plus rarement, envergure, limite, amplitude, extension. En effet, ce nouvel opus de Manu Katché est, en quelque sorte, une extension du domaine de la lutte musicale qu’il mène depuis des années derrière ses drums.

Il ne se donne pas de limites, son champ est vaste, Please do. C’est d’emblée l’amplitude de ses goûts qui frappe et leur portée. Keep connexion, son périmètre d’action est vaste, oui, Manu demeure connecté au cadre rythmique de son temps mais en le surplombant, Overlooking. Il est dedans, You’re in. Mais à contre-temps, Goodbye for now.

Foin des modes, je m’en échappe, nous dit-il, retour à la mélodie soignée. L’air du temps est vicié, Vice, il est grand temps d’aller respirer ailleurs pour le moment. Dans cet au revoir, il y a la volonté du rêveur de se caler sur son propre souffle, de retrouver son rythme intérieur.

Manu Katché ne compose pas, il respire. Au bout de sa rêverie, il cherche la lueur, Glow. C’est un continent inconnu qu’il aborde. Manu n’est pas un batteur, c’est un passeur de rêves. Let Love Rules, laissons parler l’amour (impératif !), laissons-le régler la partition, voici ce que nous conseille un homme qui frappe la mesure pour garder le cap — et le franchir.

Comme Shakespeare, Manu cherche « l’accord » dans le « désaccord ». L’amour est un rêve, la vie aussi alors réveillez-vous nous dit Manu à l’instar du fondateur du Théâtre du Globe dans La Tempête, et tout rentrera dans le désordre.

En concert au Café de la Danse le 01/02/19 – Release Party – Réservations

Site officiel

Facebook

About Playlist

A voir également

Claudia Meyer Un parcours éclectique qui ne laisse pas indifférent.

Un parcours éclectique qui ne laisse pas indifférent. Musicienne, auteur, compositeur et chanteuse à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.