vendredi , octobre 18 2019
Home / Artiste / Manu Katché en concert au Café de la Danse le 01/02/19

Manu Katché en concert au Café de la Danse le 01/02/19

Avec The ScOpe, attendu le 01 février 2019, Manu Katché explore la formule du quartet dans cet album résolument groove. Avec un compagnon de longue date à la basse : Jérôme Regard (musicien pour Michel Legrand, Jan Garbarek, Louis Winsberg…), le guitariste Patrick Manouguian, qui accompagne aussi bien des grands noms du jazz (Dee Dee Bridgewater, Minino Garay, Didier Lockwood…) que de la variété française et le réalisateur de l’album et pianiste Elvin Galland.
La batterie est donc au coeur de The ScOpe, un album électro charnel et céleste, frénétique, un chapitre de rupture ou plutôt de prolongement, de plaisir et de renouvellement, ajouté à la longue discographie de Manu Katché qui a été sollicité entre autres artistes, par Sting, Peter Gabriel, Véronique Sanson. « J’ai composé les morceaux autour de la batterie, et si je joue de cet instrument depuis toujours, ce n’est pas un hasard: mon papa est originaire de Cote d’Ivoire. J’avais envie de voir les gens bouger sur mes compositions, danser, chanter les gimmicks. »
Faada Freddy est ainsi le guest de Vice, premier single extrait de The ScOpe, réchauffant de ses scansions une ambiance hivernale. « Les featurings sont importants car c’est une voix humaine qui interpelle les gens, avec sa singularité et ses découpes rythmiques » a expliqué Manu Katché que l’on découvre avec son nouveau single Vice, extrait de l’album The ScOpe.

Manu Katché a été formé au Conservatoire de musique mais il vient naturellement du rock. Les pistes musicales se brouillent encore lorsque l’on entre dans son 10ème album, The ScOpe. Car avec ce nouveau disque, Manu Katché réunit les racines du groove et la modernité des machines.
La pochette signée Arno Lam le présente d’ailleurs cadré de profil, « un profil africain », précise Manu – l’Afrique est le fil musical subtil du CD. Mais cette statue sensuelle, visage de sel éclairé au néon laser, est prête à s’enflammer, puisque Manu Katché vient aussi de la danse, il l’a pratiquée enfant, il danse dans les clubs, « et puis, jouer de la batterie, c’est utiliser ses quatre membres », analyse-t-il.
Pour s’atteler à The ScOpe, Manu s’est imposé des règles d’écrivain, en studio de 10 à 23 heures, avec des breaks et des tâtonnements, pour apprivoiser la ‘’page blanche’’. « Pendant ces périodes de retraite, je n’écoute pas de musique, je laisse mon esprit vagabonder, aller puiser tout au fond de moi. Ensuite, je contacte des musiciens avec lesquels j’ai envie de travailler. »
Les complices de toujours ou les nouveaux arrivants forment le quartet de The ScOpe: Jérôme Regard (basse), Patrick Manouguian (guitare) et Jim Henderson (claviers), producteur de musiques électroniques, invité par Yael Naïm à remixer « Older ». C’est sous son vrai nom, Elvin Galland, que le pianiste et compositeur de 26 ans a réalisé The ScOpe. « Elvin et moi avons mélangé mon expérience de musicien de studio et les siennes, croisé nos influences puisque nous appartenons à des générations différentes même si j’écoute, comme lui, les héritiers de Stevie Wonder ou Marvin Gaye, que sont Kendrick Lamar, Anderson .Paak.»
The ScOpe vibre du corps à l’âme et inversement, avec un hymne à l’amour lumineux et planant, Let Love Rules, chanté par Manu, la ballade atmosphérique Don’t U Worry (vocal Kayla Galland) ou Glow à la douceur qui pulse. Tandis que Tricky 98′ illustre l’ascension de champions – le morceau a accompagné l’entrée des Bleus à la U-Arena, en juin dernier, 20 ans après leur victoire à la Coupe du Monde de football.
Avec The ScOpe, Manu Katché passe ses émotions au microscope, il analyse l’alchimie des sons d’une façon pointilleuse et sonde les êtres en profondeur, tendu vers le même élan d’harmonie musicale et spirituelle. Let’s ScOpe it !

En concert au Café de la Danse le 01/02/19 – Release Party
 

Pour regarder et diffuser Vice feat Faada Freddy :

About Playlist

A voir également

Babeheaven – Jalisco une découverte playlist

Babeheaven semblait puiser ses racines dans un certain folklore et ne s’accorder que sur de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.